Chemin Stevenson : difficultés

by / mercredi, 08 mars 2017 / Published in Actualités

Quelles sont les difficultés du chemin Stevenson ?

Chemin Stevenson difficultés

Au départ du chemin Stevenson

Dernière minute : Quelles difficultés sur le chemin Stevenson suite aux intempéries du 13 juillet 2017 entre Goudet et Ussel ? Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page étapes du chemin Stevenson.

Quels sont les dénivelés cumulés, les distances, les altitudes de chaque étape du chemin Stevenson, dans le détail, section par section ? Pour le savoir, rendez-vous sur notre page Dénivelés du chemin Stevenson

Le chemin Stevenson est-il difficile ? Est-il accessible à tous ?

Voila des questions souvent posées par celles et ceux qui projettent de parcourir le chemin Stevenson… et qui n’ont pas l’habitude de ce genre de randonnée itinérante sur 12 jours, ou qui ne connaissent pas le chemin Stevenson.

Des questions à propos de la longueur des étapes, de la durée des étapes, du dénivelé, de ce qu’il faut emporter dans son sac, des chaussures les mieux adaptées,  etc….

Au fond, la question que chacun se pose individuellement est : « Serais-je capable de parcourir le chemin Stevenson? » « Vais-je tenir le coup tout au long des étapes, pendant 12 jours ? »

Certain(e)s ont le projet de parcourir le chemin Stevenson en famille et se demandent s’il n’y aura pas trop de difficultés pour les enfants, pour les grands parents qui ont 70 ans, ou pour le chien…

C’est normal de se poser ces questions quand on est à la veille de partir en terre inconnue, de faire quelque chose d’inhabituel et encore plus s’il s’agit d’une expérience nouvelle…  d’une première !

Alors, nous allons explorer la question (difficultés chemin Stevenson) et la façon dont il est possible de surmonter les difficultés du chemin Stevenson.

Le but de cet article est de guider les débutants dans la préparation de leur projet : parcourir le Chemin Stevenson et se faire plaisir !

1. Raccourci pour les habitués des chemins de grande randonnée (GR) en montagne.

Je fais ici un raccourci pour celles et ceux qui ont déjà parcouru des chemins tels que « Le tour du Mont Blanc » « Le GR 20 en Corse », « La Grande traversée des Alpes », « Le tour du Queyras », etc…

Pour vous, habitués à marcher 8 ou 10 jours de suite en terrain montagneux alpin, avec du dénivelé et en portant un sac à dos, le chemin Stevenson ne présentera pas de difficultés techniques comme celles que vous avez pu rencontrer sur le GR20 ou le tour du Mont Blanc ( Névés pentus, éboulis pentus, etc…). En comparaison avec ces chemins alpins, le chemin Stevenson vous fera l’effet d’une itinérance charmante, très intéressante par les paysages, les aspects culturels, le patrimoine, les villages, et la tranquillité des lieux.

2. Des réponses pour celles et ceux qui n’ont pas l’habitude de l’itinérance en moyenne montagne.

En préambule, il me semble utile de rappeler une évidence : nous ne pouvons pas évoquer les difficultés du chemin Stevenson sans parler de vous, de vos capacités physiques, de votre expérience de la marche et de l’itinérance en moyenne montagne. Ce qui est perçu comme difficulté pour une personne sans expérience de la marche en moyenne montagne ou pour la personne sans entrainement physique pourra paraître facile à une personne expérimentée et entrainée physiquement.

Quels sont les éléments qui engendrent des difficultés de progression en montagne ?

Le degré de pente,

l’état de surface du terrain (présence de caillasses, de neige, de glace) qui engendre des risques de perte d’équilibre, de glissade ou de chute.

le degré de stabilité du terrain (risque d’avalanche)

La présence ou l’absence de sentier marqué.

La présence ou l’absence de balisage.

Autres éléments de difficulté d’un itinéraire : le dénivelé, l’altitude, la longueur du parcours.

Sur le chemin de Stevenson, vous allez évoluer sur des chemins balisés qui ne nécessite pas de maîtriser les techniques d’orientations (utilisation de boussole, GPS, connaissances approfondies en lecture de carte à l’échelle 25000ème), mais qui exige par moment (intersection de chemins en particulier) de l’attention pour suivre le balisage et suivre les indications d’un topo-guide à l’échelle 50 000ème.

Sur le chemin de Stevenson, vous aller marcher souvent sur des chemins agricoles, des pistes forestières carrossables en véhicule tout-terrain, des sentiers bien marqués de type sentiers muletiers parcourus depuis plusieurs siècles par la population locale accompagnée de mules, ânes, mulets. Parfois vous allez marcher sur des routes. Parfois (rarement) vous allez parcourir de brèves sections de chemin ou la présence de caillasses, le degré de pente, ou une zone ravinée, rend la progression un peu plus délicate en ce qui concerne l’équilibre du marcheur, dans ce cas les bâtons de marche suffisent à apporter des appuis supplémentaires qui permettent au marcheur de conserver son équilibre. Exceptionnellement, vous pourrez rencontrer quelques passages qui requiert l’usage des mains pour assurer son équilibre (entre Saint Jean du Gard et Alès).

Dans tous les cas, si vous rencontrez une situation météo particulière qui modifie les conditions de marche, ou une situation qui vous place à la limite de vos capacités techniques ou physiques, vous trouverez des échappatoires, des possibilités de faire demi tour pour rejoindre une route et éventuellement atteindre votre but par un autre moyen que pédestre. (taxi, transport en commun, etc.). C’est une qualité nécessaire en randonnée de moyenne montagne d’acquérir suffisamment de discernement pour évaluer le moment ou l’on atteint la limite de son savoir-faire ou de ses forces, ou alors que l’on passe d’une situation où l’on est à l’aise à une situation dans laquelle on se trouve en difficulté. Il est utile et nécessaire de savoir arrêter sa progression et envisager d’autres solutions.

Pour vous donner des exemples de cotation de difficulté, le tableau ci-dessous présente les cotations officielles de difficulté du Club Alpin Suisse. (Qui précise que cette échelle de difficulté ne prend pas en compte les facteurs extérieurs comme le météo, l’enneigement ou les possibilités d’échappatoires).

 
Degré de difficulté Type de parcours Exigences requises
 1. Randonnée simple  Chemin ou sentier tracé. Terrain plat ou faible pente

Risque de chute limité ou exclus

 L’orientation ne pose pas de problème même sans carte topographique
 2. Randonnée en montagne  Chemin avec tracé ininterrompu et montées régulières

Terrain parfois raide. Risque de chute pas exclus

 Avoir le pied sûr. Chaussures de marche recommandées.

Capacités élémentaires d’orientations

 3. Randonnée en montagne difficile  Sentier généralement existant. Des passages peuvent être équipés de cordes ou de chaines. L’appui des mains peut être nécessaire.

Caillasses, pentes instables parfois sans chemin.

Passage avec risque de chute

 Avoir le pied très sûr

Bonne chaussures de marche

Capacité moyenne d’orientation

Expérience élémentaire de la montagne.

 4. Itinéraire alpin  Sentier parfois invisible

Pentes recouverte d’herbe, pentes instables, glaciers simples non recouvert de neige

 expérience des terrains instables et du milieu alpin

Chaussures de marche rigides

bonne capacité d’orientation

 5. Itinéraire Alpin Exigeant  Souvent absence de sentier, passages d’escalade simple… etc  Bonne expérience alpine et connaissances élémentaires du maniement du piolet et de la corde.
 6. Itinéraire Alpin Difficile  Sans sentier. Passage d’escalade fréquent de niveau II (cotation UIAA)  Expérience alpine confirmée, habitude du matériel technique d’alpinisme.

Compte tenu des éléments présentés dans cette échelle de cotation de difficulté, nous pouvons situer le chemin de Stevenson dans les niveaux 1 et 2 .

a) A propos de l’âge : A quel âge peut-on parcourir le chemin Stevenson?

Quelles difficultés sur le chemin de Stevenson en rapport avec l’âge des marcheurs?

La meilleure réponse que l’on puisse faire à ce propos, c’est de vous donner des exemples :

La personne la plus âgée que nous ayons reçue au gîte d’étape l’Estela, qui parcourait le chemin Stevenson avait 84 ans ! Elle était venue du Puy en Velay au Monastier sur Gazeille à pied, elle se portait très bien, elle avait prévu de faire une étape sur 2 à pied, et le reste en taxi. Elle ne portait pas de sac à dos en marchant…

Le plus jeune enfant que nous ayons vu sur le chemin Stevenson avait moins d’un an. Sa maman le transportait dans un chariot à roue.

L’été, nous voyons souvent des familles avec des enfants de moins de 10 ans, accompagnées par des ânes, pour porter les bagages et rendre le parcours plus amusant.

Dernier exemple: Au mois de mai et juin, la majorité des personnes qui parcourent le chemin Stevenson ont l’âge de la retraite. Nous pouvons estimer « à la louche » que  3 à 4000 retraités parcourent chaque année le chemin Stevenson.

Quelles sont les principales difficultés du chemin Stevenson avec les enfants ? La lassitude, le désenchantement … Il vaut mieux ne parcourir qu’une partie du chemin, 2 ou 3 étapes, dans de bonnes conditions plutôt que de transformer en corvée l’ensemble du parcours… Attention au soleil ! à la déshydratation. (chapeau et protections solaires sont indispensables!). Préférez des étapes courtes, choisissez des hébergements où la baignade est possible (piscine, rivière). Les enfants adorent observer la nature, prenez le temps, emportez des jumelles… faites un herbier, dessinez les paysages… ce sera du plaisir pour toute la famille !

Quelles sont les principales difficultés du chemin Stevenson quand on est à un âge avancé ? Principalement les douleurs musculaires et articulaires, le temps de récupération après l’effort, la difficulté de produire un effort répété et prolongé si l’on n’est pas entraîné et préparé à cela !

Les conseils sont nombreux pour surmonter, réduire ou gommer ces difficultés liées à l’âge :

  • Marchez régulièrement toute l’année, préparez vous à faire des journées entières de marche (6  à 7 heures), préparez-vous à faire plusieurs jours consécutifs de marche en portant un sac à dos. Commencez l’entrainement avec de petites marches pour augmenter très graduellement. Faites progressivement l’expérience de marche avec dénivelé. Prenez conseil auprès de spécialistes (accompagnateurs en moyenne montagne).
  • Faites des étapes adaptées (en longueur, durée et dénivelé) à vos possibilités : attention en groupe, on a tendance à oublier ses limites, à vouloir suivre le leader, à vouloir montrer « de quoi on est capable » et parfois à trop en faire… évitez de faire des étapes de plus de 25 km.
  • Evitez de vous perdre sur l’itinéraire, cela rajoute des efforts et des difficultés supplémentaires. Lire l’article orientation sur le chemin Stevenson
  • Attention au poids du sac ! nous en reparlerons plus loin.
  • Prévoyez de bons moments de récupération après l’effort, reposez vous, réhydratez vous ! Cela est primordial pour reprendre un bon départ le lendemain.
  • Prenez conseil auprès de votre médecin.

b) Les difficultés du chemin Stevenson (difficultés objectives) : Longueur, durée, dénivelé des étapes…

  • Longueur des étapes du chemin Stevenson : l’étape la plus longue (Le Pont de Montvers-Florac) fait 28 km mais vous pouvez la réduire de 3 km en évitant Bedouès. Dans la plupart des cas, vous pouvez faire des étapes plus courtes (15 à 20 km) ou plus longues si vous le souhaitez.
  • Dénivelé des étapes sur le chemin Stevenson: L’étape la plus difficile présente un dénivelé positif de 700m, mais la plupart des étapes présente un dénivelé positif qui ne dépasse pas 500 m. En montagne, quand la montée est régulière, on compte qu’un marcheur paisible qui porte un sac à dos monte environ 350 m de dénivelé par heure. Le meilleur moyen de savoir comment vous vous comportez sur une randonnée de 25 km avec 700 m de dénivelé positif, c’est de l’essayer avant de vous rendre sur le chemin Stevenson… Marcher en montée, cela s’apprend : partez doucement, marchez régulièrement, faites de petits pas quand la pente est plus forte, évitez de vous arrêter toutes les cinq minutes… Vous verrez, avec un peu d’habitude, ça ne présente pas de difficulté.
  • Durée des étapes du chemin Stevenson : Avec tous les hébergements répartis sur le chemin Stevenson, il est possible de faire des étapes de 5 à 6 heures en moyenne. Voilà à quoi il faut être préparé pour être prêt à surmonter les difficultés du chemin Stevenson.

Pour avoir tous les dénivelés et les distances du chemin de Stevenson étape par étape, cliquez sur dénivelés du chemin Stevenson

Les conseils de base pour marcher longtemps sans trop de difficulté :

Marchez régulièrement à un rythme qui vous convient (il faudrait ne pas dépasser un rythme cardiaque dit d’endurance) avec une respiration aisée et la possibilité de parler en marchant. Cela dépend de chacun, mais correspond « à la louche » à un rythme cardiaque compris entre 120 et 140 pulsations par minute. Au delà, l’organisme fatigue plus rapidement et produit plus de déchets (acide lactique) dans les muscles, qui provoquent des douleurs.

Buvez régulièrement (toutes les heures), évitez de marcher en pleine chaleur, grignotez plusieurs fois dans la journée des aliments énergétiques plutôt que de gros repas indigestes très éloignés les uns des autres.

Ne vous couvrez pas trop, vous augmenteriez la transpiration, la déshydratation de l’organisme pénalise lourdement les capacités physiques.

Portez le moins possible ! Vous économiserez vos forces et le chemin vous semblera plus agréable. Le portage du sac est une difficulté majeure en randonnée itinérante, surtout quand on n’est pas habitué à le faire. Pour atténuer cette difficulté sur le chemin Stevenson, vous pouvez utiliser les services des taxis et entreprises de transport de bagages (La malle postale, transbagages) qui transportera une partie de vos bagages d’hébergement en hébergement. Vous garderez avec vous un petit sac avec le nécessaire pour la journée (vêtements et ravitaillement). Il est possible parcourir le chemin avec un chariot de randonnée, mais d’autres difficultés vous attendent car dans certains passages rocailleux ou encombrés de gros galets, il vous faudra porter l’ensemble (chariot + bagage). Vous pouvez aussi louer un âne pour porter vos bagages. Pour avoir plus d’informations à ce sujet, vous pouvez consulter la page étapes du chemin Stevenson.

c) En conclusion :

Nous pouvons dire sans prendre trop de risques que le chemin Stevenson est accessible à un très grand nombre de personnes, qu’il ne présente pas de difficultés qui ne puissent être surmontées par une personne qui randonne régulièrement et qui se prépare à ce parcours.

A propos de l’équipement adapté au chemin Stevenson, je vous invite à consulter l’article étapes du chemin Stevenson

Pour en savoir plus sur l’itinéraire et la cartographie, je vous invite à consulter l’article Itinéraire du chemin Stevenson et Cartographie 

Pour choisir vos hébergements sur le chemin Stevenson, vous pouvez consulter la page Hébergement chemin Stevenson.

Pour voir les paysages du chemin Stevenson, rendez-vous sur notre page Paysages chemin de Stevenson

Pour vous faire une idée du budget à prévoir, consultez notre article Budget chemin Stevenson

Nous espérons que cet article vous a éclairé à propos des difficultés du chemin Stevenson,

Nous vous remercions de votre visite.

Conseils vestimentaires de début de saison

Au mois d’avril et mai, les chemins sont souvent très boueux et même pire que cela, ils sont parfois transformés en ruisseaux. Vous pouvez rencontrer de la neige. Il vaut mieux prévoir des chaussures et des vêtements adaptés.

Les températures peuvent être très agréables en journée au soleil. Par contre attendez vous à subir des gelées matinales quand le ciel est dégagé et que souffle le vent du nord.

 

Haut