Camping sur le chemin de Stevenson

by / mardi, 15 août 2017 / Published in Actualités
camping chemin Stevenson

R. L. Stevenson au bivouac

Camping, glamping, sur le chemin de Stevenson

En 1878, notre ami Robert Louis Stevenson fit un peu figure de précurseur en réalisant son périple touristique (un mot qui n’existait pas encore) à travers les montagnes du Velay, Gévaudan et Cévennes en compagnie de son ânesse « Modestine » et surtout, avec son équipement de bivouac qu’il avait fait fabriquer pour la circonstance.

En soi, Stevenson n’a rien inventé: ni la marche en montagne, ni le bivouac en montagne, ni le tourisme (car les aristocrates anglais venaient en villégiature sur la côte d’Azur et gravir les sommets des Alpes depuis 1850), mais il est bien possible que Stevenson fut le premier à venir traverser les Cévennes pour voir les lieux où se déroula la guerre des Camisards, avec le projet d’écrire et de raconter son périple.

Pour Stevenson, l’équipement de bivouac avait un double intérêt : d’une part s’affranchir de la recherche d’une auberge où passer la nuit, car il partait un peu à l’aventure et ne savait pas exactement quel chemin il emprunterait, ni ce qu’il allait trouver en route comme possibilité d’hébergement, et d’autre part Stevenson aimait le contact intime avec la nature, dormir sous les étoiles, contempler les paysages, faire des croquis et surtout respirer le petit parfum d’aventure que donne le bivouac, ce que Stevenson aimait par dessus tout.

Il est vrai que le bivouac et le camping offrent un sentiment de communion avec la nature que l’on ne peut pas éprouver dans la chambre d’une auberge. Et c’est peut-être la raison pour laquelle nous voyons de plus en plus de campeur sur le chemin de Stevenson, car le vrai plaisir de bivouaquer n’est pas de passer une nuit pour pas cher, c’est bien autre chose, comme : s’étendre sous un arbre au soleil couchant pour rêver dans la lumière du soir, sentir sur sa peau la brise du soir en préparant son repas, plonger son regard jusqu’au vertige dans la voute étoilée, se réveiller avec le jour et le chant des oiseaux…

Aujourd’hui, nous voyons de plus en plus de campeurs sur le chemin de Stevenson, et il faut bien reconnaître que l’hébergement en camping offre de plus en plus d’avantages et de moins en moins de désagréments :

Pour n’en citer que quelques-uns, voici quelques arguments en faveur de la pratique du camping sur le chemin Stevenson:

  1. Il n’est pas nécessaire de réserver une place au camping, on vous trouvera toujours une petite place où poser votre tente. (du moins à l’Estela, c’est notre état d’esprit)
  2. Il y a des possibilités de camping tout au long du chemin Stevenson : voir plus bas.
  3. Il n’est plus nécessaire de se charger comme un baudet, vous pouvez faire transporter vos bagages de camping en camping ou randonner avec un âne: on le voit de plus en plus…
  4. Fini les dortoirs collectifs avec tout ce que cela comporte.
  5. Une certaine autonomie, liberté d’action, possibilité d’improviser au gré des envies et des circonstances.
  6. Tout le charme du camping et du contact intime avec la nature.
  7. Vous dormez dans vos draps, dans vos sacs de couchage, dans vos affaires…
  8. Vous réduisez votre budget hébergement, une place de camping est moins chère qu’une chambre. Du coup, vous disposez de moyens supplémentaires pour vous faire plaisir avec la gastronomie locale et les produits du terroir.

Des inconvénients au camping :

  1. Le confort n’est pas le même dans un lit et sur un matelas mousse… C’est peut-être à ce niveau là qu’on mesure son âge… mais le matériel de camping s’améliore et se choisit soigneusement.
  2. Il faut monter la tente… bien sûr…
  3. Et s’il pleut ?  On peut toujours se rabattre sur d’autres formules d’ébergement…

Et le glamping ?

Le glamping, c’est le camping de luxe, c’est à dire à la façon des aristocrates anglais en safari : style « Out of Africa »… Il existe de nos jours toutes sortes de formules exotiques avec la possibilité de dormir en lodge, en tipi ou en yourte sur un lit de camp ou dans un vrai lit…

Il n’en manque pas sur le chemin Stevenson.

camping chemin Stevenson

Les tipis au camping de l’Estela

Les campings et aires de camping sur le chemin Stevenson

A titre indicatif, voici la liste des campings et aires naturelles et autres possibilités de camping présents sur le chemin de Stevenson.

Vous trouverez leurs coordonnées sur notre page Hébergements du chemin de Stevenson

  1. Le Monastier sur Gazeille : Camping l’Estela, sur le GR70 en contrebas du village, là ou le chemin Stevenson traverse la Gazeille. Location tentes, tipis, chalets. Piscine en juillet et aout.
  2. Goudet : camping Rock’n camp. Ambiance musicale. Concerts en été.
  3. Le Bouchet Saint Nicolas . Aire municipale de camping.
  4. Arquejols : Camping « au dela des nuages »
  5. Pradelles : Camping municipal Fontmaure
  6. Langogne : Camping la cigale de l’Allier
  7. Fouzillac : Camping la halte de Fouzillac, yourte.
  8. Luc : aire municipal de camping les « Galets »
  9. La Bastide Puylaurent : Camping de l’Allier
  10. Chasseradès : Camping de Pratclaux. Camping à la ferme.
  11. Le Bleymard : Camping municipal « la Gazelle ».
  12. Finiels : Aire naturelle de camping.
  13. Pont de Montvert : camping municipal
  14. Florac : plusieurs campings.
  15. Cassagnas : Gite et camping Espace Stevenson
  16. Saint Germain de Calberte : Camping La Garde.
  17. Saint Jean du Gard : plusieurs campings.

 

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.

Haut